BAQ Logo

Les meilleurs produits de Baq

BAQ Câble de raccordement dynaROCKII / sonde
Livraison : 2-3 jours ouvrés
149,68 €
TTC
Baq Duromètre analogique Shore D, Type: D
Livraison : 2-3 jours ouvrés
799,60 €
TTC
Baq Duromètre analogique Shore A, Type: A
Livraison : 2-3 jours ouvrés
628,19 €
TTC
Baq Socle
Baq Socle
Livraison : 2-3 jours ouvrés
1.289,63 €
TTC
Baq Duromètre numériqueà rebond
Livraison : 2-3 jours ouvrés
2.263,50 €
TTC
Baq Duromètre numérique Shore D, Type: D
Livraison : 2-3 jours ouvrés
1.086,72 €
TTC
Baq Duromètre numérique Shore A, Type: A
Livraison : 2-3 jours ouvrés
1.086,72 €
TTC
Paiement à 30j
pour les pros
Livraison gratuite
à partir de 100 € d'achat
Retour gratuit
sous 30 jours

Baq, duromètres numériques et analogiques made in Germany

Qu’est-ce qu’un duromètre ? Ou plutôt, à quoi cela peut-il bien servir ? Le nom même donne un indice : c'est quelque chose qui a un lien avec la dureté. Et en effet, il s’agit d’un appareil dont le rôle est de mesurer la dureté d’un matériau.

Parmi les fabricants de duromètres figure notamment Baq, une entreprise allemande, dont la spécialité est les essais et les tests sur les matériaux, depuis 1992. Depuis trente ans, ce spécialiste développe et fabrique ses produits en interne, en Allemagne. Signe de leur qualité : Baq travaille main dans la main avec l'Institut Fraunhofer, un des principaux organismes de recherche appliquée outre-Rhin.

Un duromètre, pour quoi faire ?

Un duromètre peut être utilisé pour obtenir différentes informations, comme l’épaisseur de couches, la force d’adhérence de revêtements, la résistance à l’abrasion ou celle aux rayures.

Quel que soit le type de duromètre – car il en existe plusieurs –, le principe est sensiblement le même : faire pénétrer un élément, que l’on appelle un pénétrateur, dans le matériau testé, selon une force ou avec une charge précises. Cette opération permet d’obtenir une empreinte sur ce même matériau. Il s’agit ensuite de mesurer la largeur et la profondeur de cette empreinte. C’est cette information qui permet d’évaluer très précisément la dureté de tel ou tel métal, de telle céramique, ou encore de tel plastique ou cuir. Selon la matière évaluée, on n'emploie toujours pas le même type d’appareil. À l’origine, il s’agissait de duromètres analogiques ; grâce aux progrès réalisés depuis la fabrication des premiers modèles, notamment en termes d’électronique, il existe à présent sur le marché des duromètres numériques.

Dans quels domaines ces duromètres sont-ils utilisés ? Ils le sont dans l’industrie, mais aussi dans l’artisanat, lors des processus de fabrication. Ils peuvent également l’être en amont, au cours des phases de recherche et de développement (R&D). Enfin, recourir à cet appareil est également utile dans le cadre du contrôle des marchandises entrantes, c’est-à-dire la vérification de la qualité de produits bruts et/ou celle de certains produits finis.

À chaque dureté sa méthode de mesure

Pour mesurer la dureté des matériaux, il existe différentes façons de procéder, auxquelles correspondent différentes méthodes. Ainsi, pour les métaux, il est recommandé d’utiliser la méthode Vickers. Les métaux peuvent également être testés avec les méthodes Binell et Rockwell. En fonction du type de pénétrateur utilisé – diamant pyramidal, bille… –, la méthode Rockwell peut également convenir pour évaluer la dureté de certains revêtements et pour le plastique.

C’est un autre type de procédé, en l’occurrence la méthode Knoop, à laquelle il faut recourir pour mesurer les matériaux cassants et fragiles, comme la céramique ou le verre, ainsi que pour ceux de faible épaisseur.

Toutes ces façons de mesurer la dureté ont plusieurs échelles, qui correspondent chacune à une sous-catégorie de matériaux. Par exemple, l’échelle A de la méthode Rockwell est utilisée pour tester l’acier de faible épaisseur ; l’échelle B, pour les alliages de cuivre et ceux d’aluminium ; la C pour l’acier d’épaisseur plus importante, la fonte ou encore le titane.

Aussi paradoxal que cela puisse paraître, la mesure de la dureté ne concerne pas que les matières dures. C’est précisément pour les matériaux souples, que la méthode Shore a été élaborée, qui elle aussi dispose de plusieurs échelles. Parmi elles, les plus utilisées sont la Shore A, pour l’analyse du caoutchouc, de l’élastomère, des plastiques mous ou encore du cuir. Quant à la méthode Shore D, elle sert pour les éponges notamment.

Au bout du compte, on peut donc dire que, grâce à ces différentes méthodes et aux duromètres fabriqués par Baq, on peut désormais tout mesurer, aussi bien la dureté du verre que celle de la mousse.